Les Mots et les Choses

3 résultats affichés

  • Zanguézi

    Édition bilingue

    Un poète hors norme. Une traduction sidérante. Un graphisme d’une rare créativité.

    En 2020, on célébrait le 135e anniversaire de la naissance de Vélimir Khlebnikov. À cette occasion, l’atelier de Boris Trofimov, à Moscou, réalisait une édition de Zanguézi, en russe et en anglais, visant à reproduire graphiquement le rythme du poème. Nous reprenons cette composition graphique en russe et en français.

  • Petit nécessaire de la révolution et contre-révolution

    Catalogues 1917 – 1927
    Édition en langue française

    Une nouvelle mode vestimentaire, « tout cuir », a fait son apparition depuis la fin de l’année 1917. Ses adeptes sont aisément reconnaissables, leur appartenance et, dans nombre de cas, leurs fonctions ne laissent pas le moindre doute.

    Les bolcheviks portent presque tous des vestes de cuir. Certains ne les appellent d’ailleurs pas autrement : les « Vestes de Cuir ».

    Les « cuirs », toutefois, désignent bien souvent, en réalité, les hommes de la Vétchéka, « Commission panrusse extraordinaire pour combattre la contre-révolution et le sabotage » (abrégée en Tchéka, « Commission extraordinaire »), créée par Félix Dzerjinski, dès le mois de décembre 1917, à la demande de Lénine.
    Les tchékistes, comme on nomme ceux qui œuvrent pour la « Commission », sont, le plus souvent entièrement vêtus de cuir. Pratiques, ces vêtements ont aussi un effet psychologique sur les masses et sur les contre-révolutionnaires : quand ces hommes, portant ce qui évoque un uniforme pesant, raide et sombre, débarquent dans un immeuble pour effectuer une perquisition ou appréhendent quelqu’un dans la rue, la terreur saisit tout le monde alentour. »

     

  • Des réalités intraduisibles ? La traduction au prisme des sciences sociales de l’Antiquité à nos jours

    Édition bilingue

    Le CEFR (Centre d’études franco-russe de Moscou) est un lieu d’échanges scientifiques où des chercheurs russes et français travaillent ensemble sur des thématiques historiques, philosophiques, linguistiques, littéraires, sociales, sociopolitiques… C’est aussi – et peut-être surtout – un lieu unique de formation à la recherche où de jeunes chercheurs, doctorants et postdoctorants comparent leurs méthodes et exposent les résultats de leurs recherches.

    En s’intéressant aux problèmes des réalités intraduisibles dans le domaine des sciences sociales, le CEFR a permis une confrontation de points de vue entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, sur les enjeux et les difficultés de la traduction, proposant des pistes de réflexion et des solutions inédites.
    Les articles ici rassemblés recréent l’atmosphère de l’école d’automne 2018, au cours de laquelle plus de vingt chercheurs et traducteurs ainsi qu’un grand nombre d’étudiants se sont rencontrés. Ils offrent, à partir d’exemples concrets, et non sans humour, une réflexion solide et rigoureuse sur la difficulté, l’importance et la nécessité de la traduction d’ouvrages en sciences humaines et sociales. À travers la problématique de la traduction, ce sont les questions de la circulation des savoirs et des concepts entre
    disciplines, langues, cultures et pays différents qui sont traitées.

    Vincent Bénet,
    Directeur du Centre d’études franco-russe de Moscou

     

    Extrait

    « ПУТИНГ [pouting] n.m. – mot-valise combinant Путин (Poutine) et митинг (meeting) qui désigne une manifestation de soutien à Poutine, à la politique et à l’idéologie qu’il incarne.
    TRADUCTION
    par calque du russe: POUTING. »
    « L.T.R. – Néologie intraduisible » par Valéry Kislov, traducteur, écrivain, chercheur, enseignant au CETL.